NCIS los angeles : une actrice vraiment très spéciale

Pour le retour de la série  NCIS : Los Angeles,  intéressons nous à Linda Hunt, l’interprète de l’irrésistible responsable des opérations Hetty Lange

Les fans du spin-off de NCIS l’auront remarqué, l’actrice oscarisée a une apparence physique hors du commun. Mais quelle en est la raison ? En réalité, la comédienne est atteinte depuis la naissance – elle a vu le jour le 2 avril 1945 aux Etats-Unis – du syndrome de Turner. Celui-ci est donc à l’origine de sa petite taille (Linda Hunt mesure 1m45).

Très rare, ce syndrome toucherait par exemple en France un enfant (obligatoirement de sexe féminin) sur 2500 naissances de filles. Le syndrome touche près de 10 000 femmes en France. A cause de cette malformation du chromosome X, les personnes atteintes sont notamment stériles. Ayant fait de sa différence un atout et ayant cultivé son talent pour le jeu, Linda Hunt a bâti au fil des années une immense carrière sur le grand comme sur le petit écran.

1. Citer les caractéristiques physiques “hors du commun” de l’actrice et préciser leurs origines.

2. Déduire l’importance des chromosomes dans les caractères de l’individu


L’humanité va-t-elle vivre une pénurie de spermatozoïdes?

L’humanité pourrait être un jour incapable de se reproduire. Selon une très vaste étude réalisée sur plus de 40.000 hommes résidant en Europe, aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, en moins de cinquante ans, le taux de spermatozoïdes par millilitre de sperme a baissé de 50%. Depuis 1973, le nombre de spermatozoïdes global a aussi baissé de 60%. On produit donc moins de sperme, et de moins bonne qualité. “…”

Inévitables perturbateurs

Certains des produits ingérés ont des effets sur les hormones, ce sont les fameux perturbateurs endocriniens. C’est le cas par exemple des phtalates, qui une fois dans le corps font baisser le taux de testostérone et réduisent le nombre de spermatozoïdes. Les phtalates sont utilisés massivement. Plastiques, aliments, textiles, cosmétiques… impossible d’y échapper. Pour ne rien arranger, ils sont héréditaires. Les générations d’hommes qui suivent celles qui ont été exposées héritent du taux de spermatozoïdes bas de leurs pères, puis sont exposées à leur tour. Et les phtalates ne sont qu’un exemple parmi d’autres. De plus en plus de scientifiques s’accordent à dire que c’est une cause majeure de la chute libre de la fertilité depuis les années 1970.

Ce taux peut-il descendre jusqu’à zéro? Les spécialistes ne peuvent pas se projeter mais cela reste une possibilité. Pour Hagai Levine, l’auteur de l’étude, «nous devrions espérer le meilleur mais nous préparer au pire. Et le pire est dans ce cas-ci l’extinction de la race humaine».

Ces vingt dernières années, il y a eu des tentatives pour limiter les produits chimiques nocifs. Mais l’industrie chimique est réticente à abandonner un business qui se compte en milliards de dollars. Les produits chimiques interdits sont remplacés par d’autres, parfois tout aussi dangereux.

sources: Slate.fr

Montrer comment la société de consommation impacte la reproduction humaine. Donner des arguments