se nourrir dans l’espace: le space fish

Un élevage de poissons dans l’espace dès 2021 ?

Les astronautes pourraient bientôt devenir aquaculteurs… Non, il ne s’agit pas d’une reconversion, mais du programme Lunar Hatch : L’Ifremer de Palavas, Institut de biologie marine, et le CSUM, Centre Spatial Universitaire de Montpellier travaillent conjointement sur une mission des plus étonnantes : développer l’élevage de poissons dans l’espace.

Dès 2021, ils envisagent le lancement de nanosatellites chargés de 200 oeufs de poisson fécondés, pour expérimenter le programme Lunar Hatch sur l’ISS. L’objectif de ces recherches ? Parvenir à l’autonomie alimentaire des astronautes pour de futures missions lunaires et martiennes.

Dans le cas d’un équipage qui embarquerait pour une longue mission, vers Mars par exemple, la nourriture devient un enjeu crucial. Beaucoup d’agences spatiales réfléchissent à cette question. Il est difficilement envisageable d’apporter toute la nourriture nécessaire à une mission qui pourrait durer plusieurs années. D’ailleurs, les astronautes de la Station Spatiale internationale ont déjà mangé la première salade cultivée dans l’espace était mangée en 2015.

L’élevage de poisson présente certains avantages pour des élevages dans l’espace. Ils consomment trois fois moins d’oxygène que les animaux et produisent trois fois moins de dioxyde de carbone. D’aprés l’article de Consoglobe 

Rechercher dans l’article les informations utiles pour notre projet mission sauvetage.

 


Créer des Bd facilement et gratuitement

Créer des Bandes dessinées devient enfin facile et gratuit avec la nouvelle application lancée par la Bibliothèque nationale de France.

Tu as des idées? des choses à dire alors lance toi!!


Les hippopotames d’Escobar

Alors qu’il régnait sur son empire de trafic de drogue dans les années 80, Pablo Escobar avait importé des girafes, des lions et des hippopotames pour peupler le zoo qu’il avait construit dans son domaine voisin de Medellin, Hacienda Napoles. « Quand l’État a confisqué Hacienda Napoles, on a pu replacer les lions et les girafes, d’autres animaux exotiques, comme les rhinocéros, se sont échappés et sont morts. Mais les hippopotames sont très résistants. »

Seulement quatre hippopotames se sont évadés du zoo de Pablo Escobar, mais ils se sont rapidement reproduits et, plus de 25 ans plus tard, ils sont désormais entre 60 et 80. Ils font peur aux pêcheurs et ont été retrouvés à plus de 200 km de leur zoo d’origine.  Ils ont été importés illégalement par Pablo Escobar et n’ont pas de prédateurs naturels. On a envisagé la stérilisation, mais c’est dangereux et très cher.

Deux biologistes américains,  étudient les hippopotames de Colombie. « On les appelle des architectes d’écosystèmes, parce que leur activité transforme leur habitat, pour le moment, on ne voit pas beaucoup d’effets négatifs sur la qualité de l’eau, les tortues et le type de poissons dans les cours d’eau, comme en Afrique, mais on devrait voir ces effets négatifs d’ici 10 à 20 ans. Je m’attends à des effets négatifs sur les lamantins, des herbivores moins efficaces. Le bassin de la Magdalena est immense, des centaines de milliers de kilomètres carrés, alors les hippopotames peuvent se multiplier à l’infini. »

Expliquer à l’aide du texte comment l’action de l’Homme impacte son environnement