Le jardinier de la forêt amazonienne


Un corps massif, une peau épaisse, de larges dents, une trompe qui lui sert à attraper sa nourriture. Voilà en quelques mots comment se décrit le tapir, ce mammifère ongulé vivant de nuit. On le trouve dans la forêt amazonienne. Mais sa population diminue sous l’effet des pertes d’habitat et de la chasse. À tel point que le tapir des plaines est désormais considéré comme une espèce vulnérable.

Au Brésil, le tapir est pourtant connu comme « le jardinier des forêts ». Parce qu’il se nourrit de plus de 300 espèces végétales différentes. Et  il disperse des graines  en se déplaçant à travers les sous-bois. Notamment par le biais de ses excréments. En tant que grand herbivore, le tapir produit une quantité importante d’excréments qui pourraient aider à reboiser les parcelles de forêt amazonienne touchées par des incendies, par exemple.

Le scientifique Lucas Paolucci a  découvert que les tapirs semblent apprécier tout particulièrement les zones abîmées par les incendies. Ils y sont deux fois plus présents qu’ailleurs. Et ils déposent dans ces zones, trois fois plus de graines par hectare que dans les zones de forêt vierge. C’est-à-dire pas moins de 10.000 graines par hectare, bravo le jardinier.

Source: Futurascience

Expliquer pourquoi nous pouvons dire que le tapir peut-être considéré comme le jardinier qui peut sauver la forêt Amazonienne. Justifier